Tous à l’abri, les tiques attaquent en masse

Malheureusement, l’hiver n’a pas été très rigoureux, ce qui a permis à toutes les tiques de se multiplier sans aucune limite. Mademoiselle Pompon ne sera pas contente, il faudra absolument la protéger, c’est aussi valable pour tous les chats qui ont tendance à aller à l’extérieur. La forêt ou les champs sont bien entendu des endroits à risques, mais n’importe quel endroit avec un peu de verdure peut abriter des tiques.

Attention, les tiques sont de retour !

Généralement, la vigilance est de mise, mais l’édition 2016 s’avère être beaucoup plus complexe pour nos amis les chats. La Deux Pattes est invitée à faire preuve d’une grande rigueur lorsque Mademoiselle Pompon reviendra de sa promenade quotidienne, elle ne sera malheureusement pas à l’abri des méchantes tiques, suceurs de sang. Cette recrudescence n’est pas uniquement valable pour la France puisque la Suisse met aussi en avant une telle hausse. Selon les chiffres de l’OFSP (Office Fédéral de la Santé Publique), les morsures ont largement augmenté. Les chats ne sont d’ailleurs pas les seuls à être ciblés, car les humains sont eux aussi mordus.

De plus, le chat mordu va devenir un vecteur sain, qui facilitera la transmission de la maladie à son Deux Pattes, même ultérieurement.

Ces insectes sont nocifs pour les propriétaires à cause de la maladie de Lyme dont le diagnostic est extrêmement difficile. Les symptômes sont très difficiles à supporter au quotidien.

Une petite séance de caresses pour repérer les tiques

Comme les tiques sont de plus en plus nombreuses, il faut régulièrement surveiller le pelage du félin tout en effectuant quelques caresses. Il est toujours très sympathique de mêler l’utile à l’agréable, Mademoiselle Pompon n’y verra que du feu. Ces acariens sont à la recherche de proies dans les jardins, les broussailles et les forêts. Elles ont un véritable besoin de sang comme les vampires, sauf que vous ne vous transformerez pas en vampire ! Elles sont hématophages, ce liquide est essentiel pour leur survie. Généralement, elles sont aux aguets dès le printemps et pendant l’automne, mais les températures ne sont pas dignes d’un été.

Photo macro d'une tique Ixodes Ricinus
Une tique “Ixodes Ricinus” vue par en-dessous, après son repas

En effet, pendant plusieurs journées, les normales saisonnières n’ont pas été atteintes. Le terrain est ainsi propice au développement des tiques. Si auparavant, il était assez rare pour les chats de se retrouver avec une petite bête collée dans le dos, ce n’est pas le cas en 2016. Elles sont très actives, ce qui nécessite une grande vigilance.

C’est parti, il faut ôter l’acarien du pelage du chat

Dès que votre compagnon a été mordu, il est judicieux d’agir au plus vite. Pas de panique, soyez zen et optez pour un outil spécifique. Il ressemble à un mini pied de biche, mais il a l’avantage d’extraire très facilement la tique sans blesser le chat. La première étape consiste à écarter le plus possible les poils pour laisser apparaitre cet acarien. Avec l’outil, il est nécessaire de le coincer dans l’espace prévu à cet effet et de tourner. Cette manipulation est efficace, elle permet d’enlever le corps ainsi que la tête. Cette dernière est la plus importante, elle a les capacités de pénétrer à l’intérieur du chat, ce qui pourrait causer des désagréments encore plus importants.

Retrait d'une tique sur un bras, avec la pince
Sur un Deux Pattes imberbe, on voit mieux l’utilisation de la pince à tiques

Après avoir ôté la tique, l’étape de la désinfection sera la bienvenue. Il est bien sûr conseillé d’utiliser un produit spécialement conçu pour les félins. Si toutefois la tique n’est pas décédée, il est impératif de la tuer. Plusieurs méthodes sont à votre disposition, la première est assez barbare puisqu’il faudra l’écraser. La seconde est plus douloureuse pour l’insecte, elle consiste à la brûler vive. Choisissez celle qui vous conviendra le mieux !

Commentaire de Mademoiselle Pompon : Le bûcher, le bûcher, pas de pitié, boutons les tiques hors de mon poil.

La tique aura tendance à vomir pour se défendre

Bien sûr, si vous n’avez pas ce petit outil très appréciable, pas de panique ! Une pince à épiler sera aussi utilisable, mais soyez vigilant lors du retrait de la bête. La tête ne doit pas rester à l’intérieur du chat, car elle aura un mécanisme de défense peu ragoûtant : elle vomira. Une action qui aura pour objectif de contaminer le félin ou l’humain. En effet, le risque que La Deux Pattes soit infectée par la maladie de Lyme aura tendance à augmenter. Si cela venait à se produire, un passage chez le vétérinaire ou le médecin généraliste (pour les humains) est fortement conseillé.

Choisir une méthode de protection antiparasitaire

Pour éviter ces désagréments de taille, il suffit d’opter pour une protection antiparasitaire. Elle est disponible dans tous les commerces spécialisés ainsi que sur une animalerie en ligne.

Plusieurs procédés sont au rendez-vous, il y a la pipette. Le liquide se dépose à plusieurs endroits stratégiques tout en massant. Par contre, le produit aura tendance à perdre de son efficacité dès que le chat sera mouillé. Certes, les félins n’aiment pas l’eau en général, mais il y a des exceptions. L’autre astuce concerne le collier, il a une durée de vie de plusieurs mois tout en protégeant efficacement l’animal contre les tiques et les puces.

Commentaire final de la Deux Pattes : la maladie de Lyme est un véritable problème de santé publique. En France, elle est particulièrement mal connue et mal dépistée, les personnes qui en sont atteintes peuvent souffrir longtemps avant d’être correctement diagnostiquées. Alors soyez réellement vigilants !

Soyez le premier à commenter
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *