Comment aider son chat à supporter la canicule

La canicule : comment aider son chat ?

A tous ceux qui s’inquiètent de la canicule pour leur chat, laissez-moi d’abord vous rappeler que le chat est un animal originaire des pays chauds. Eh oui… les premiers chats domestiqués sont originaires de Chypre et d’Égypte, et très proches dans leur morphologie du chat sauvage africain.Pour se la jouer pédante, on pense que notre chat domestique descend de Felis Sylvestris Cafra, dit le chat sauvage sub-saharien.

Et il ne viendrait à personne à l’idée de se demander si un lion ou une panthère va mourir de chaleur !

En fait, chaque deux-pattes l’a remarqué, il n’y a rien qu’un chat aime autant que s’étaler au soleil en pleine chaleur, tant que celle-ci reste raisonnable. Quand la température monte trop, notre chat ramasse ses pattes et sa queue et va doucement ré-étaler l’ensemble à l’ombre.

Sachant que la notion du « raisonnable » de Mademoiselle Pompon correspondant à mon « bon, il commence à faire super chaud, là, qui a bu mon thé glacé ? »

En intérieur comme en extérieur, le chat cherche l’ombre. Soigneusement.

Comment le chat supporte-t-il la chaleur ?

Parce que vous vous dites :

OK, mon chat a des ancêtres africains, mais c’est un Maine Coon / Norvégien et de toute façon, en 7.000 ans on évolue

Oui, certes, mais non.

Aujourd’hui, c’est le « même » chat européen qu’on voit traîner dans les ports à Agadir, Dubaï, en Grèce… la même race de chat, qui peut s’adapter aussi bien au froid qu’à la chaleur.

Oui, un chat à poils longs et denses, avec une fourrure bien adaptée au froid, supportera moins bien la chaleur qu’un chat à la fourrure courte. Mais tous les chats peuvent parfaitement supporter de grosses chaleurs.

Le chat ne transpire pas vraiment

J’ai lu sur un blog « professionnel » (celui de Feliway) une ânerie monstrueuse parmi d’autres qui est :

Il faut savoir qu’un chat n’a pas la même capacité de sudation pour réguler sa température corporelle que nous les humains. Un chat a seulement quelques glandes sudoripares sous ses pattes (entre les coussinets) pour lui permettre de suer.

Ce qui est techniquement vrai, mais qui est mettre la queue du chat avant ses moustaches. Parce que la sudation est apparue chez les humains pour compenser la perte de la « fourrure » qui joue ce rôle de régulateur de température. La transpiration du chat n’est pas là pour le rafraîchir mais pour humidifier les coussinets, par exemple.

La meilleure position pour rafraîchir les coussinets

Les animaux transpirent peu, quasiment tous. Y compris les lions, les girafes, les gazelles, les guépards qui sont capables de piquer un 60 km / heures par 40° à l’ombre… En fait, en dehors des deux pattes, ces étranges animaux, seuls les chevaux transpirent beaucoup.

Et le chat, comme tous les félins, a d’autres moyens pour réguler sa température.

La fourrure joue un rôle d’isolant thermique

Si un chat mue pour perdre sa fourrure d’hiver, c’est parce que la structure du sous-poil joue un rôle important dans la régulation thermique.

Moins dense l’été, elle laisse l’air circuler à la surface de la peau, sous le poil le plus long, et joue un rôle d’isolant. Un peu comme les vêtements de coton léger qu’on vous conseille de porter par grosse chaleur : vous êtes plus au frais sous deux couches de coton que la peau directement exposée au soleil.

En faisant sa toilette, cet adorable chaton se rafraîchit en même temps.

C’est pour cela que les animaux à fourrure ne transpirent pas beaucoup. La transpiration est là pour réguler la température de la surface du corps, par évaporation. La fourrure la régule par l’isolation par l’air.

Quand il fait très chaud, le chat fait sa toilette plus souvent.

En se nettoyant, le chat mouille sa fourrure, et particulièrement le sous-poil. L’évaporation va accentuer le rôle d’isolant joué par la fourrure.

La respiration

En général, les chats ne halètent pas comme les chiens. Certains le font naturellement, mais si vous voyez votre chat haleter, ET qu’il n’a pas l’habitude de le faire, vous devez vous inquiéter.

Il souffre vraiment de la chaleur, et il risque le « coup de chaud » qui peut devenir très grave très rapidement.

Attention, par contre, à ne pas confondre avec l’attitude classique du petit bout de langue qui sort : là le chat ne halète pas, il « sent » les phéromones. Et il peut le faire aussi par temps chaud !

Sa position préférée

Un chat qui a chaud va s’étirer le plus possible pour augmenter la surface d’évaporation. A l’inverse, un chat roulé en boule est un chat qui ne souffre pas de la chaleur !

Il va avoir tendance à abandonner les couvertures, canapés, pour préférer les surfaces froides, carrelages, plans de travail dans la cuisine, bureau, etc…

Hygiène 0 – Confort du chat 30, jeu set et match

Comment aider son chat à supporter la chaleur ?

Maintenant que vous avez compris comment le chat supporte la chaleur, vous savez ce qu’il faut faire pour l’aider…

Une pièce aérée, avec de l’ombre

Fermer les volets, baisser les rideaux, ouvrir les fenêtres pour faire circuler l’air.

Si vos fenêtres ne sont pas encore sécurisées, essayez au moins d’entre-ouvrir les fenêtres classiques, pour organiser un courant d’air minimum, et branchez un ventilateur.

Mieux encore, au moment le plus chaud, mettez sur le ventilateur un tissu léger, mouillé, que vous mouillerez souvent… ça sèche très vite, mais ça humidifie l’atmosphère, un vrai bonheur pour le chat et ses deux pattes.

Si vous avez une clim d’appartement, vous verrez que le chat va passer sa journée à côté.

De l’ombre, un parquet avec des portes ouvertes pour le courant d’air… un chat heureux

Beaucoup d’eau

Si vous êtes à la maison, renouvelez très régulièrement sa gamelle d’eau. Vous pouvez mélanger avec de l’eau qui sort du frigo, mais attention : le chat ne supporte pas l’eau très froide, il vaut mieux une eau à température que trop froide. (Et puis « à température », ça reste tiède… même quand il fait très chaud, l’eau d’une gamelle ne monte pas à 45°).

Si vous n’êtes pas là, vous pouvez fixer sous la gamelle ou autour de la fontaine à eau un ou deux packs de glace. Ils permettront à l’eau de rester fraîche plus longtemps, sans trop la refroidir.

Par contre, évitez les glaçons directement dans l’eau, sauf en petite quantité. Encore une fois, l’eau trop froide est mauvaise pour le chat.

Dis, tu te décides à ouvrir le robinet ? J’attends !

Lui faciliter l’accès aux surfaces « plates et froides »

C’est le moment de bien dégager la table basse du salon ou le plateau du bureau. Voire d’enlever un tapis pour dégager la bonne surface de carrelage.

Si elles sont placées en plein soleil, chamboulez un peu votre déco, pour quelques jours. D’ailleurs, en parlant du bureau, avez-vous vraiment envie de travailler en pleine chaleur ?

Et, suprême attention, de placer le ventilateur à environ deux mètres, suffisamment près pour être efficace, suffisamment loin pour que l’air pulsé ne dérange pas le chat.

Éventuellement, le mouiller

S’il a suffisamment d’eau à disposition, un chat à fourrure courte n’a normalement pas besoin qu’on le mouille.

Pour les chats à fourrure longue, ce qui doit être mouillé, c’est surtout le sous-poil. Il ne faut pas tremper le chat, la masse de poils collée par l’eau perdrait tout pouvoir d’isolation.

 

Ce qu’il ne faut pas faire

Le tondre

Outre le côté humiliant, c’est lui enlever son meilleur moyen de lutte contre la chaleur. Par contre, ce que vous pouvez faire, si vous vivez vraiment dans un endroit très chaud, sans clim, avec un chat à poils longs, c’est de lui raccourcir sa fourrure.

Raser un chat comme cela le rend totalement ridicule et lui fait perdre sa meilleure protection contre la chaleur

Une de mes amies a vécu plusieurs années en Arabie Saoudite avec son Maine Coon (qu’elle a apporté des États-Unis, qui a dit que les chats n’aiment pas voyager ?). Sur les conseils de son vétérinaire, chaque année elle lui raccourcissait fortement le poil, mais la tondeuse était réglée pour laisser un centimètre.

Le baigner

A l’exception des chats nus, qui doivent de toute façon être baignés régulièrement, donner un bain à un chat ne va pas vraiment le rafraîchir, et il faudra le sécher après (pour que la fourrure soit isolante).

L’enfermer dans une voiture ou une pièce surchauffée sans air

Est-ce que c’était vraiment nécessaire de le dire ?

Lui faire faire de l’exercice en pleine chaleur

Là aussi, faut-il vraiment préciser qu’il est complètement idiot d’essayer de faire jouer votre chat en pleine chaleur ?

(Note de Mademoiselle Pompon : enfin, essayer est le mot juste. Nous ne sommes pas comme les chiens, à courir après une balle dès qu’on nous en donne l’ordre. Personne ne me forcera à courir en pleine chaleur, même pas une jeune souris juteuse et dodue.)

 

(Réponse de la Deux Pattes à Mademoiselle Pompon : tu n’as pas tort, mais de toute façon, tu ne cours jamais après quoi que ce soit, je te rappelle !)

Et si le chat a un coup de chaleur ?

Normalement, si vous avez respecté toutes ces recommandations, votre chat va supporter la chaleur bien mieux que vous. C’est un animal rustique, dont le corps est fait pour s’auto-réguler thermiquement, pas comme nous, pauvres deux pattes.

Malgré tout, les problèmes peuvent arriver, surtout chez les chats « à risque », c’est-à-dire essentiellement :

  • les chats à museau très courts, comme les Persans (respiration moins facile)
  • les chats obèses, l’obésité entraîne une légère déshydratation permanente
  • les chats asthmatiques
  • les chats très jeunes, âgés, malades, bref  « affaiblis »

Comment reconnaître le coup de chaleur chez un chat ?

Le premier signe : le chat commence à haleter alors qu’il n’en a pas l’habitude. Le coup de chaleur n’est pas encore là, mais le chat commence à ne plus supporter la chaleur.

Ensuite, au stade n°2, et selon la gravité du coup de chaleur, le chat va devenir apathique, désorienté, éventuellement avoir des mouvements mal coordonnés, des pertes d’équilibre. Sa température corporelle augmente, il a des difficultés à respirer. Il peut se mettre à saliver abondamment.

Sa langue devient rouge vif. Ses gencives aussi vont changer de couleur, soit devenir pâles, ou au contraire rouge foncé ou même violettes.

Enfin, dernier stade, quand cela va très mal, il peut avoir des convulsions, des diarrhées avec du sang, saigner du nezvomir (aussi avec du sang) et finalement tomber dans le coma.

Que faire ?

La seule vraie réponse : l’emporter le plus vite possible chez le vétérinaire.

En réalité, au stade des premiers signes, ou au début du stade n°2 quand le chat semble encore actif, vous pouvez d’abord essayer de le rafraîchir :

  • le poser sur des packs à glace isolés par une couverture,
  • lui donner un bain un peu plus frais que sa température, mais pas trop (5° à 10° suffisent pour réguler la température corporelle, au-delà c’est trop violemment froid)
  • mouiller sa fourrure (puis ne pas oublier de le sécher), ses pattes,
  • placer brièvement un sac à glaçon sur sa tête et, plus longuement, entre ses pattes

Il faudra ensuite, de toute façon, aller chez le vétérinaire, pour faire un check-up.

Si les symptômes sont plus graves, partez immédiatement chez le vétérinaire. Vous pouvez envelopper votre chat dans une serviette avec un pack à glace à l’intérieur de la serviette, que vous déplacerez régulièrement, mais ne perdez pas de temps. (Et n’oubliez pas d’ouvrir grand les fenêtres de la voiture ou de mettre la clim, pour ne pas empirer les choses).

Le vétérinaire, lui, pourra faire une injection à votre chat de produits qui font baisser la température du corps, l’aider à respirer.

Une fois tiré d’affaire, votre chat restera sans doute plus sensible à la chaleur, et vous devrez faire particulièrement attention.