Voyager avec son chat : cauchemar ou plaisir ?

Les chats ne sont pas connus pour être de grands voyageurs. Tout changement de territoire les stresse, on recommande généralement aux Deux-Pattes de les laisser à la maison pendant les vacances, ou dans un bon refuge ou « hotel pour chat », si personne ne peut se rendre régulièrement à domicile. Mais il existe des cas où il est obligatoire d’emmener son chat en déplacement, en particulier quand on déménage… et des cas « limites », comme un départ en vacances pour un mois dans une maison.

Alors voyage au long cours, déménagement ou escapades, voici les conseils pour bien voyager à six pattes…

A vélo, à cheval, en train, en voiture, en avion…

Le niveau de stress et les modalités du voyage seront différentes. Le vélo est à réserver aux très courts trajets… l’avion est à éviter, dans la mesure du possible, néanmoins sur un long trajet, il peut être moins stressant qu’un voyage en voiture. Pour des voyages de durée moyenne, de quelques heures, le train et la voiture sont à privilégier, car ils permettent le contact permanent avec le chat et les petites pauses exploratoires en dehors du panier de transport.

Un panier à provision fixé sur le porte-bagage d’un vélo pour un chat aventurier

Le voyage en avion

Les conditions varient d’une compagnie aérienne à l’autre. Par exemple, Air France accepte en cabine les chats pesant moins de 8 kilos caisse de transport incluse, uniquement un chat par voyageur, et n’autorise pas les chats à sortir de leur panier de transport pendant tout le voyage. Air Canada autorise 10 kilos, tandis que British Airways n’accepte pas en cabine plus de six kilos. Le transport en soute (frêt) doit être réservé aux animaux en bonne santé.  En général, les compagnies low-cost n’acceptent pas les chats, ni en cabine ni en soute.

Le voyage en voiture

Le problème principal, en plus du bruit et des vibrations, va être les à-coups dans la conduite. Coups de frein, tournants trop serrés, accélérations soudaines vont déséquilibrer le chat et le stresser. De plus, s’il fait chaud, le chat court des risques de déshydratation ou de coup de chaleur, et il faut installer sa cage pour le préserver du soleil direct. Si vous voyagez fenêtres ouvertes, cela va aussi gêner le chat. De votre côté, vous allez certainement bénéficier de miaulements réguliers… Par contre, vous pouvez vous arrêter quand cela est nécessaire, pour abreuver ou nourrir votre chat, ou tout simplement lui permettre de se reposer.

La cage doit être fixée, avec la ceinture de sécurité ou un système de sangles. Il vaut mieux l’installer de façon à ce que le chat puisse vous voir et que vous puissiez le caresser à travers la cage.

Le chat en train

La SNCF accepte les chats, dans la limite de deux animaux par personne. Les chats doivent être tenus en laisse et/ou dans une caisse de transport. Le prix dépend de son poids. A moins de 6 kilos, le chat ne paye que 7€, au-delà son billet coûte 50% du prix de seconde classe. Le voyage en train est vraiment une bonne option pour un chat, en plus cela permettra à son Deux Pattes de faire de nombreuses connaissances…

Quel que soit le moyen de transport choisi, comment faire pour que cela se passe le mieux possible ?

Habituer son chat à voyager le plus tôt possible

Les jeunes chatons sont très facilement imprégnables jusqu’à six à sept semaines. La période de socialisation doit commencer à ce moment-là, et se poursuit jusqu’à douze semaines. Au-delà de ces douze semaines, toute expérience totalement nouvelle va être abordée avec crainte et méfiance.

Si votre chat n’est pas né à la maison, vous devrez donc commencer à l’habituer à voyager après la « période magique »… sachant que son premier voyage sera celui qui l’aura séparé de sa mère et de son environnement familier la tâche peut être difficile ! Et devenir carrément un exploit pour un chat que vous adoptez adulte !

Ce chat apprécie sa cage de transport : un gros plus pour le voyage

La bonne stratégie pour habituer son chat

Avant de commencer à transporter votre chat, choisissez un coussin ou un tissu sur lequel il se couche fréquemment, et mettez-le dans la caisse. Laissez-là ouverte, pendant quelques jours. Si votre chat l’explore et s’y installe, c’est l’idéal. Ensuite, une fois le chat habitué à la caisse, installez-le dans la voiture et faites de petits trajets, réguliers, d’une demi-heure au plus. Ayant installé le chat à côté de vous, parlez-lui, donnez-lui une petite friandise lors d’une pause, rassurez-le. Évitez la musique et conduisez doucement…

Si tout se passe bien, votre chat devrait s’habituer à ces trajets. Même s’il ne les apprécie pas trop, il se rend compte qu’il n’y a rien à craindre.

Choisir une bonne caisse de transport

La caisse ou le sac de transport est essentiel pour le confort du chat et de son maître.

Si vous voyagez en avion, faites attention aux dimensions maximum : les compagnies aériennes demandent toutes que le chat puisse être glissé sous le siège avant, dans son sac ou sa cage. Dans ce cas, un sac est préférable, car plus souple, il peut donner plus de place au chat quant il est posé sur un siège. Pour un transport en soute, la cage est obligatoire.

Les cages de transport

Quand le chat voyage en voiture, la caisse rigide est obligatoire. Elle seule peut être attachée avec une ceinture de sécurité ou des sangles sans se déformer.

La caisse doit permettre au chat de se tenir confortablement sur ses quatre pattes, de se retourner, sans être trop grande non plus, à la fois pour qu’il ne soit pas projeté trop fortement en cas de choc ou de freinage brusque et pour la facilité de transport.

Les caisses avec une grille dans le plafond permettent de mieux surveiller le chat, mais elles le stressent plus aussi. L’idéal est une caisse avec une seule grande ouverture grillagée, la porte, et des trous d’aération. Si vous voulez utiliser une caisse avec une ouverture dans le plafond pour son côté pratique, fermer l’ouverture avec un carton ou une couverture pendant le trajet.

Les sacs de transport

Il y a deux générations de sac de transport : les « vieux », qui sont de simples sacs de voyage, qu’on porte avec une anse, ou sur l’épaule. C’est le minimum syndical, qui a l’avantage d’être bon marché, mais qui est très peu pratique, en réalité (sauf si le chat est le seul bagage).

La seconde génération, ce sont des sacs à roulettes, ou mieux encore des sacs qui peuvent se porter en sac à dos ou se tirer avec une poignée rétractable. Le grand luxe par rapport aux simples sacs traditionnels, mais clairement un confort pour le Deux Pattes en transit.

Un sac de transport bien adapté, avec la petite coupelle bricolée pour l’eau

Le harnais pour la sécurité

Caisse ou sac, un accessoire supplémentaire est indispensable : le harnais avec la laisse. Si vous ouvrez le sac ou la caisse, c’est absolument indispensable. Le premier réflexe d’un chat effrayé est de bondir se mettre à l’abri ; sa notion d’abri peut-être totalement différente de la vôtre. En particulier, dans une voiture, vous risquez de vous retrouver avec le chat coincé à côté de la pédale de frein ou, au contraire, toutes griffes plantées dans l’épaule. Imaginez, de la même façon, votre chat échappé dans un train, et vous en train de courir après dans un wagon ?

Petit harnais avec une laisse : l’équipement classique

A partir du moment où la caisse est ouverte, le chat doit être tenu en laisse avec un harnais.

Comme pour les sacs, il existe des premiers prix et des harnais plus confortables, rembourrés sur la poitrine, ou enveloppant avec un filet.

Le harnais enveloppant est le plus sécurisé

Eau, nourriture, litière

S’il n’a pas le mal des transports, le chat aura tendance à se retenir, il risque peu d’uriner dans sa caisse. Mais si vous êtes en voiture, une petite pause peut être bienvenue. Dans le doute, pour les premiers voyages, essayer de lui enlever sa nourriture quelques heures avant le départ.

Par contre, il est nécessaire qu’il puisse boire à volonté. Prévoyez un petit bol que vous pouvez poser de temps en temps dans la cage.

Il vaut mieux éviter de mettre de la litière dans la cage. Par contre, prévoyez des serviettes et des couvertures de rechange, en cas de besoin. Il existe des litières de voyage qui peuvent être utilisées, ou si la pose a lieu dans un endroit sans terre. Dans ce cas, laissez à votre chat le temps de découvrir son environnement et de se rassurer.