Nez qui coule chez le chat et éternuement : est-ce grave ?

-

L’éternuement du chat est l’un des sons les plus mignons que l’on puisse entendre, mais faut-il s’en inquiéter ? Les chats, comme les humains, peuvent attraper des rhumes et développer des infections des voies respiratoires supérieures et des sinus. Cependant, d’autres troubles peuvent déclencher ces adorables petits éternuements.

Quelle est la cause des éternuements de mon chat ?

Les chats éternuent pour un certain nombre de raisons, notamment :

 

  • C’est juste un chatouillement rapide du nez. C’est quelque chose que nous avons tous vu !
  • Une odeur nauséabonde, comme celle de produits chimiques
  • De la poussière et d’autres polluants dans l’air
  • Une substance étrangère, comme une peluche, de l’herbe ou un cheveu
  • Une inflammation des poumons
  • Une inflammation de la cavité nasale et/ou des sinus
  • Inflammation ou infection d’une dent qui provoque un écoulement sinusal.

Pourquoi les chats éternuent-ils ? 

Il n’y a certainement pas lieu de s’inquiéter d’un éternuement occasionnel – il se peut que quelque chose dans l’air perturbe son passage nasal. S’il ne s’agit pas d’un événement occasionnel, recherchez des tendances : Est-ce toujours au même moment de la journée ? Se produit-il dans une pièce spécifique ou pendant les activités familiales ? La recherche de tendances vous aidera à déterminer si les éternuements de votre chat sont causés par un irritant, comme la poussière ou le parfum, ou par une infection ou un autre trouble sous-jacent.

Si vous constatez que votre chat éternue davantage lorsque vous nettoyez la salle de bains ou après avoir utilisé sa propre salle de bains, il peut réagir à un produit chimique contenu dans les produits de nettoyage ou à la poussière de la litière.

 

D’autre part, si votre chat éternue beaucoup et que vous avez détecté des écoulements du nez ou des yeux, ainsi qu’un manque d’énergie et une perte d’appétit, il y a peut-être lieu de s’inquiéter. Des éternuements accompagnés d’autres symptômes peuvent indiquer que votre chat souffre d’une infection des voies respiratoires supérieures ou d’un autre trouble sous-jacent qui nécessite un traitement vétérinaire.

 

Quand faut-il consulter un vétérinaire ?

 

Si votre chat ne fait qu’éternuer à l’occasion et ne présente pas d’autres symptômes ou seulement des symptômes légers, vous pouvez peut-être attendre un jour ou deux et vous contenter de le surveiller pour déceler tout changement. Les chatons, en revanche, doivent toujours être examinés par un médecin s’ils présentent ces signes.

 

Si les éternuements continuent ou sont suivis d’autres symptômes, une visite chez le vétérinaire est très probablement nécessaire pour un diagnostic et des soins appropriés. Ceci est particulièrement important si votre chat a cessé de manger. En raison de la perte des odeurs et/ou du goût, ainsi que de l’incapacité à respirer par le nez, la perte d’appétit est un symptôme très courant des affections des voies respiratoires supérieures chez le chat. Certaines conditions médicales peuvent également rendre la déglutition difficile.

 

Contrairement au corps humain, qui peut rester des semaines, voire des mois, sans se nourrir, le corps du chat entre en mode famine après seulement 2 ou 3 jours. Cela peut entraîner une maladie potentiellement mortelle connue sous le nom de lipidose hépatique (ou maladie du foie gras). Dans ces situations, des fluides intraveineux et un soutien nutritionnel supplémentaire sont souvent nécessaires pour une prise en charge immédiate, accompagnés de tous les médicaments nécessaires tels que des antibiotiques, des médicaments anti-nauséeux et des stimulants de l’appétit.

 

Éternuements chez les chats : Quelles en sont les causes ?

Infections des voies respiratoires supérieures

Chez les chats, les éternuements sont un symptôme courant des infections des voies respiratoires supérieures (IVS). Les infections des voies respiratoires supérieures, également appelées « rhume » ou « grippe du chat », peuvent être virales, bactériennes ou même fongiques, mais cela est moins fréquent.

Ces infections peuvent durer de 7 à 21 jours, avec une moyenne de 7 à 10 jours pour les cas non compliqués.

 

Signes et symptômes

L’infection des voies respiratoires supérieures chez le chat se caractérise par les symptômes suivants :

 

  • Eternuements qui durent plusieurs heures ou plusieurs jours.
  • Écoulement nasal ou oculaire inhabituel qui peut être clair, jaune, vert ou sanglant.
  • Toux ou déglutition répétée
  • Fièvre ou léthargie
  • Déshydratation et/ou perte d’appétit

Les chatons et les chats âgés, ainsi que les chats non vaccinés et immunodéprimés, présentent un risque plus élevé de développer des URI. Étant donné que bon nombre des virus à l’origine de ces infections sont très contagieux, les chats élevés en groupe, comme dans les refuges et les foyers multi-chats, sont également à risque, surtout s’ils ne sont pas vaccinés.

 

Médicaments

Le traitement des infections des voies respiratoires supérieures est déterminé par la gravité de l’infection. Les IRS se résorbent d’elles-mêmes après quelques semaines dans les cas où les symptômes sont généralement légers. Dans d’autres cas, des soins supplémentaires peuvent être nécessaires, notamment :

 

  • Des médicaments antiviraux ou antibiotiques
  • des gouttes pour les yeux et/ou le nez
  • Des stéroïdes.
  • Des liquides sous la peau (en cas de déshydratation).

Les cas graves peuvent nécessiter une hospitalisation pour des soins plus intensifs, comme l’administration de liquides par voie intraveineuse et un soutien nutritionnel. Les infections des voies respiratoires supérieures, si elles ne sont pas traitées, peuvent entraîner des complications graves telles qu’une pneumonie, des problèmes respiratoires récurrents et même la cécité.

Share this article

Recent posts

Popular categories

Recent comments